Regards

Bil Aka Kora

La technique “Papillon” bientôt

 

Le précurseur du «Djongo Système» ; une fusion de rythmes traditionnels puisée de la culture Kasséna du sud du Burkina Faso. Faisant partie prenante des Gourunssi issue de la chefferie des Tiébélé, on y trouve deux ethnies : les Kasséna et les Nankana. Particulièrement, chez les Kasséna, on retrouve plusieurs types de sonorisations musicales dont le Djongo que pratique avec dextérité le double détenteur du KUNDE D’Or Bilgo  Akaramata Kora dit Bil Aka Kora.  

 

Le cinquième dans les starting bolcks

 

Bil Aka Kora incarne à première vue, cette musique Djongo faite à base de tam-tam, calebasse et de flute. Il a su en plus de vingt ans de carrière, promouvoir cette danse de compétition qui tire son originalité dans la force et le combat. Auteur de quatre albums (Douatou, Ambolou, Dibayagui, Yaaba) et bientôt un cinquième en gestation, il est également un maniaque de la perfection et de la rigueur au travail.

 

Sa méthodologie de travail est diversement appréciée par ceux qui osent le côtoyer : «C’est un forcené de l’exactitude» affirme un candidat de Faso Académie 2019 (un concours de musique au Burkina Faso). «Tant qu’il n’a pas trouvé ce qu’il recherche, c’est difficile de prendre congé de lui dans une salle de répétition» affirme son bassiste Serges  Coulibaly. Assez draconien en ce qui concerne l’instrument essentiel qu’est la voix, Bil Aka Kora ne lésine pas avec ses cordes vocales. Au-delà de la dimension artistique qu’il apporte à la musique africaine, l’auteur de «Véssaba» est également un excellent pédagogue. Il ne ménage aucun effort quand les artistes (amateurs, confirmés) sollicitent ses services pour des séances de formation ou de recyclage. Féru de la musique live, il a toujours traité de façon ironique les artistes qui ne font pas du live comme étant : «des partisans du moindre effort».

 

Grâce à l’industriel panafricain Beli Biyen et passionné de la musique burkinabè, Bil possède depuis une décennie, un bastion musical digne d’un laboratoire de musicologie. Situé dans le somptueux restaurant/lunch appelé «Paradis des meilleurs Vins», cette salle insonorisée forme et façonne de nombreux artistes. Auteur de plusieurs soirées «Djongo Club» dans le souci  de permettre aux musiciens, chanteurs et mélomanes de vivre des moments live dans une ambiance féérique, il use de ces moments libres (quand il est au Burkina) pour organiser mensuellement des soirées sur l’Avenue Kwameh Nkrumah.

“Le live est primordial pour tout artiste musicien” dixit Bil Aka Kora

Résolument lancé dans une musique de fusion teintée de folklore dont la sève et la colonne vertébrale sont tirées du Djongo, Bil fait partie de cette poignée d’artistes burkinabè qui collabore continuellement  avec des musiciens professionnels d’horizons variés. Ray Lema, Jean Philippe Rikiel, Perrine Fifadji, Magic System… pour ne citer que ceux-là ont régulièrement participé à de nombreuses résidences de création tant au Burkina Faso qu’en Europe et en Amérique. Raison pour laquelle, il n’éprouve aucune difficulté d’adjoindre  des styles musicaux tels que ; le jazz, le blues ou encore le rock. Ses diverses aptitudes artistiques tout au long de sa carrière dénotent à quel point son expertise est vivement sollicitée tant au Faso qu’ailleurs.

 

De retour au Burkina Faso à la suite d’un spectacle au Canada, oxygenemag.info est allé à sa rencontre pour s’enquérir de sa santé artistique. En effet Bil Aka Kora est en train de peaufiner son cinquième album dans les studios de SHAMAR EMPIRE au Burkina Faso et en Europe. Une mosaïque de rythmes qui ne l’a pas pour autant éloigner du Djongo, bien au contraire. L’une des grandes innovations serait que le double détenteur du Kundé d’Or aurait enfin ouvert son intimité artistique à d’autres personnes ressources. Ainsi donc ; l’album a enregistré l’expertise de certains corps de métier (écrivain, arrangeurs, journalistes, ingénieur de son etc.)

Échanges toujours fructueux quand LECHAT et Bil se rencontrent

Conscient du fait qu’une œuvre musicale au 21è siècle ne se satisfasse plus que sa qualité de sa réalisation en studio, mais aussi des autres aspects tels que la promotion et la diffusion, Bil Aka Kora est en train de goupiller une sortie mondiale hors du commun en tenant compte de la philosophie et de la technique  du «papillon».

LECHAT !

 

 

Les plus lus

To Top