Zoom

Les victimes de l’insurrection : Le geste d’Adama Roamba

Adama Roamba

Le réalisateur Adama Roamba a initié ‘’la semaine au ciné pour les victimes de l’insurrection’’, une manière pour lui de manifester sa compassion et sa solidarité à l’endroit de ces victimes dont les vies sont en danger. Du 02 au 08 Novembre 2015 au ciné Neerwaya et au ciné Burkina, les cinéphiles ont pu faire parler leur cœur à la sortie des projections.

Adama Roamba, le réalisateur

Le réalisateur Adama Roamba a initié ‘’la semaine au ciné pour les victimes de l’insurrection’’, une manière pour lui de manifester sa compassion et sa solidarité à l’endroit de ces victimes dont les vies sont en danger. Du 02 au 08 Novembre 2015 au ciné Neerwaya et au ciné Burkina, les cinéphiles ont pu faire parler leur cœur à la sortie des projections.

Issu d’une formation à la télévision nationale du Burkina Faso, il se perfectionne comme assistant auprès de cinéastes, tels que Raymond Tiendrebéogo, Issa Traoré, Dany Kouyaté, Gaston Kaboré et bien d’autres, Adama Traoré s’est révélé sur le grand écran à la faveur de son premier documentaire réalisé en 1994 «Reflet d’une vivacité culturelle » et sa première fiction «Yango» en 1995. Depuis lors, ce jeune réalisateur ne cesse de crever l’audimat. C’est son film «Source d’histoire » sortie en 2003 qui lui valu une renommée internationale. Il remporta la même année, le prix du meilleur court métrage au FESPACO. Auteur également de plusieurs séries dont le plus récent «célibatorium» qui passe en boucle sur les chaînes étrangères.

“A l’issue des projections, les cinéphiles sont amenés à faire parler leur cœur pour la cause des victimes.”

L’autre de la série «Du jour au lendemain» vient encore de faire parler de lui dans le social. Effet boomerang ou simple coïncidence, le réalisateur s’est penché sur l’histoire d’un chef d’Etat qui, après 25 ans de règne, se voit décrié pour le comportement de ses dignitaires, pour réaliser cette fiction qui rentre en droite ligne avec les évènements qu’ont connus le Burkina ces derniers mois. C’est au regard de cette situation délétère, que le  réalisateur Adama ROAMBA a initié ‘’la semaine au ciné pour les victimes de l’insurrection’’. Une manière pour l’homme de manifester sa compassion et sa solidarité à l’endroit de ces victimes dont les vies sont en danger. Un geste qui a été salué par une salve d’applaudissement lors de sa grande première de projection au ciné Neerwaya. A l’issue des projections, les cinéphiles sont amenés à faire parler leur cœur pour la cause des victimes. Cet argent sera entièrement reversé aux ayants droits. A travers ce geste l’auteur souhaite insuffler un élan de solidarité multiforme à la hauteur du sacrifice consenti par les martyrs et victimes de cette insurrection.

Jabbar

 

Les plus lus

To Top