Paroles d'interet

Greg Le Burkimbila : «Le Greg de 2012 n’est pas celui de 2015»

Le seul et unique opus que Greg Le Burkimbila a mis sur le marché discographique date de 2012. Depuis lors c’est le mutisme total mais, il était régulièrement fréquent dans les soirées de gala et autre VIP. Le 28 octobre dernier, il a décidé de sortir de sa coquille en acceptant réaliser cet entretien exclusif à son domicile à Ouaga 2000 en présence de son producteur Ibrahim Olukunga. Son deuxième album est prévu pour le 15 novembre.

Pourquoi avoir fait patienter tes nombreux fans ?

Tout simplement parce que pour faire un bon job, il faut y consacrer assez de temps. Pour avoir sorti un opus comme Laafi la Boum fan qui a été bien apprécié par presque tous les burkinabè, je pense que le deuxième méritait qu’on y mette beaucoup plus accent également. Si je me pressais à faire un truc rapidos, ça risquait de ne pas être potable

Dans certaines colonnes de la presse, on affirmait des bisbilles avec ton ancien staff et même une séparation. Qu’en est-il exactement ?

Je ne vais rechasser l’histoire ancienne, je travaille avec mon papa Olukunga ! C’est tous ce que j’ai à dire. Pour ce qui s’est passé, c’est tout à fait simple, c’est du showbiz ! Entre un père et un fils, il arrive que ça tiraille. Car le père peut jouer avec son enfant et il arrive que son enfant déconne, il le fera un cocota ! Tout comme ce qui se passe entre la langue et les dents dans la bouche.

Qui a véritablement composé l’ensemble des titres de ton prochain album ?

J’ai eu la chance de prime à bord de bosser avec quelqu’un qui m’a longuement inspiré dans l’arrangement, c’est mon arrangeur de base Alex Shola qui n’est plus au Burkina. C’est à ses côtés que j’ai compris les bases de l’arrangement. Je me suis inspiré de sa démarche artistique pour boucler mon album. Puis après grâce à ses conseils, je me suis laissé aller. L’album a été composé par Greg et mixé par Yves De Bemboula et Kevinson sur 1 titre.

Quelques clips de ton prochain album sont déjà disponibles sur les réseaux sociaux. Dans quelles conditions techniques tu les as réalisés ?

Nous avons trois clips qui sont déjà disponible. Bientôt nous allons attaquer un quatrième. Bref les clips ont été réalisés dans les conditions optimales de technicité entre les Etats-Unis et le Burkina Faso. Un des clips a été réalisé par la structure «Legend Entertainment» d’un réalisateur togolais.

Je reste moi-même parce que je suis un amoureux de la vie. C’est toujours le même Greg qu’on a connu au premier album avec beaucoup de maturité. Car le Greg de 2012, n’est pas celui de 2015. Il s’est beaucoup amélioré tout en restant dans s on style.

L’ensemble de tes chansons sont axées sur l’amour. Tu fais la part belle au sentimental…

Je reste moi-même parce que je suis un amoureux de la vie. C’est toujours le même Greg qu’on a connu au premier album avec beaucoup de maturité. Car le Greg de 2012, n’est pas celui de 2015. Il s’est beaucoup amélioré tout en restant dans s on style. Il ya eu beaucoup d’évènements qui se sont passés dans ma vie, ça m’a forgé et ça m’a donné assez de tonus et de l’expérience. J’espère que le public va adopter l’album autant que le premier sinon plus. Je rends grâce à Dieu aussi pour nous avoir donné la vie. Nous sommes en 2015, on a traversé des moments difficiles et c’est un nouveau Burkina qui a pris son envol. Nous allons vraiment vers un avenir radieux.

Tu n’es donc pas tombé sur le charme des musiques de mode qui envahissent aujourd’hui nos ondes ?

Quand on veut vivre de son art, il faut faire ce que l’on veut. Si tu veux faire une musique que toi-même tu ne consens pas, tu souffre en réalité et ta carrière musicale est vouée à l’échec. La musique c’est comme une âme, quand tu ne sens pas le truc, en réalité tu ne vis pas de ton art. C’est vrai que j’écoute la musique d’ailleurs mais je ne me laisse pas pour autant berner et influencer de la sorte. Je fais ressortir ce que je ressens au fond de moi et c’est en somme, l’essence même de la musique.

Le milieu du showbiz bouillonne en ce moment, comment juges-tu cet imbroglio total ?

D’abord à l’endroit de mes fans, qu’ils sachent que je suis en route et je leur remercie pour cette longue patience. Car trois ans ce n’est pas trois jours. Je reçois des multiples messages sur facebook. Egalement il y a certains qui perdent patience et m’envoient des messages pas possible quand même, c’est normal et j’essaye de comprendre. Quant à ce qui se passe dans le milieu du showbiz, je trouve cela normal. La transition c’est partout, il faut revoir certaines choses pour que la famille musicale puisse bien rouler. Je ne vois pas les choses négativement, quand les choses doivent s’arranger, il faut que ça tiraille un peu. Je n’appartiens à aucun camp, c’est tout simplement normal. Un changement à toujours besoin de ça.

RV Honla

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top